Le coucou de la semaine !

Mardi, 15 août 2017
***************
Coucou à vous !

J'espère que vous passez une belle journée :-)
(Et si ce n'est pas le cas, sachez que j'envoie, à chacun.e de vous, de gros câlins virtuels, doublés de bon gros croisement des doigts pour que l'objet de vos soucis disparaissent le plus vite possible).

***********************************
De mon côté, ça va couci-couça.
Comme chaque année depuis quelques temps, je vois l'approche du mois de septembre avec un mélange d'angoisse et d'excitation.
Angoisse, parce que je vois l'année se terminer...Que je n'ai pas réaliser TOUT ce que je voulais. Que, côté professionnel, ce n'est pas encore le nirvana.
Eh oui ! Depuis l'âge de 15 ans, je rêve de travailler dans un magazine féminin, de vivre de ma plume d'une manière ou d'une autre. Que voulez-vous, on ne renonce pas à un rêve de 20 ans aussi facilement...
MAIS, je suis tellement ravie d'avoir mon blog. Mon espace de liberté où je peux dérouler les thèmes que je veux traiter, laisser libre cours à ma folie créative, aux couleurs et aux expressions diverses.
Et ça, c'est déjà une chance inouïe !

**********************************
Parce que, OUI, même si c'est frustrant de ne pas vivre de ma plume, je réalise que j'ai de la chance de vivre à une époque où chacun.e de nous peut créer son propre média et partager sa vision du monde, ses mots, son art avec des personnes de tous pays, des personnes qu'on n'aurait jamais eu la possibilité d'atteindre sans l'aide précieuse d'Internet.

*******************************

Et c'est ça, la partie "excitation" dont je vous parlais plus haut.

" Septembre", c'est aussi la rentrée. Comme une sorte de nouveau départ. De sprint ultime pour terminer l'année en étant satisfait.e. de soi, de ce qu'on a accompli.

***********************************
Bon, ok, nous n'en sommes pas encore là : il y'a encore plein de jours d'août à savourer, à profiter.
***********************************************
Mais, vous commencez à me connaître ( et la psy aussi) : j'ai dû mal à ne pas me projeter sans cesse dans le futur.
J'y travaille, pourtant !

*********************************
Allez, je m'arrête ici et je vous dis à la semaine prochaine !

Très chaleureusement,
Liberty.