Bonjour, je suis ringarde et je vais très bien 

Je ne sais pas pour vous…mais, lorsque je musarde sur les instagrams des unes et que je prête l’oreille aux paroles des autres, j’ai souvent le sentiment d’être en décalage.

En somme, ce que j’aime est, 9 fois sur 10, à l’inverse de la tendance du moment.

La preuve avec ces 4 exemples : 

1) J’adore faire une longue liste de résolutions, le matin du 1er janvier ! Ca me booste à fond les tétons !

Or, la tendance depuis 2-3 ans est de conspuer les résolutions du nouvel an.

Il paraît que c’est néfaste d’en faire, que c’est une pression exercée par la société pour nous pousser à être toujours plus performants au travers de remises en questions permanentes. Bref, tout un programme pessimiste !

Ironie du sort, le mois de septembre venu, les anti-résolutions du nouvel an sont très actifs sur les réseaux sociaux pour s’épancher sur leurs « résolutions de la rentrée ».

Chaque année, ce phénomène me fait doucement rigoler.

La capacité de contradiction des gens ! J’vous jure !

C’est nul de faire des résolutions au nouvel an !

Mais, par contre, c’est super d’en faire en septembre !

Faire des résolutions en janvier, c’est manquer d’indulgence envers soi-même et ne pas s’accepter comme on en est. (Soi-disant, hein !).

Mais, par un incroyable tour de passe-passe démagogique, les mêmes arguments ne s’appliquent plus du tout du tout en septembre !

Résolutions

Autre chose que j’adore faire et qui n’est apparemment pas tendance, c’est :

2) J’aime fêter la Saint-Valentin !                    

Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à ça.

C’est la fête des Amoureux. Et je suis amoureuse.

Pour moi, c’est aussi simple que ça.

Aussi simple que de fêter Noël à Noël. Et aussi logique que d’acheter des cadeaux à offrir le soir du Réveillon.

Pourquoi devrais-je être fâchée avec cette fameuse date du 14 février ? Pourquoi me prendre la tête à ce sujet et me fendre de propos pseudo-rebelles contre la Saint-Valentin ?

Même quand j’étais célibataire, je n’étais pas anti-Saint-Valentin. Je ne me sentais pas visée par l’existence de cette fête. Je n’étais pas en colère quand je voyais les pubs à la télé ou dans le métro. Je n’avais pas l’impression de subir un affront de la part de la société ou des publicitaires. En fait, je ne me sentais tout simplement pas concernée par toute l’effervescence autour de la date du 14 février. Un peu comme si on demandait à un bouddhiste ce qu’il pense de la fête de Pâques et s’il compte faire quelque chose ce jour-là.

Oui, la Saint-Valentin est devenue une fête commerciale.

Ok, d’accord.

Mais quelle fête ne l’est pas à notre époque ?

Même nos propres anniversaires sont devenus commerciaux. Idem pour nos propres sorties/repas/vies privées (du moins, lorsque l’on est sur les réseaux sociaux).

J’ai l’impression que les gens veulent montrer qu’ils sont différents, à tel point qu’ils sont dans une critique permanente des dates symboliques juste pour montrer que.

Vous allez voir : bientôt, ce sera aussi très tendance de fustiger le jour de la Galette des Rois et la fête de la Chandeleur.

3) J’aime…ne PAS boire du thé !

Thé branché

Thé vert, thé noir, thé rouge, thé matcha, thé de Chine, thé blanc, thé aux fruits, etc, etc.

J’ai jamais rien compris au thé !

Et je me suis souvent demandé ce que les gens pouvaient bien trouver à ce breuvage si fade en bouche.

Faut dire que je suis restée un grand enfant dans un corps de femme…

Du thé, j’en ai acheté des paquets au cours des années précédentes…Des connaissances, croyant bien faire et pensant naïvement que TOUS les adultes en raffolent, m’en offrent même, quelquefois. Mais, rien n’y fait : je demeure hermétique au thé.

Alors oui, je peux me montrer curieuse des nouveaux arômes créés par les fabricants et m’émerveiller à la vue de mélanges originaux. Et oui, je suis très curieuse des beaux packaging ; j’aime même respirer les parfums envoûtants des feuilles de thé.

…Reste qu’en bouche, je trouve ça aussi savoureux que d’avaler de l’eau salée. Même en rajoutant du sucre, du miel, de la stévia, du xylitol ou du sirop d’agave : rien à faire, ça passe pas !

Comment font les amateurs de thé ?

Remarquez, je me pose la même question avec le café…

J’ai beau me dire que des goûts ou des couleurs, on ne discute pas…N’empêche…Parfois, je me pose sérieusement la question : les gens apprécient-ils sincèrement ces boissons aigres ou se forcent-ils à les aimer parce que ce sont des boissons connotées sérieuses et adultes ?

Mystère et boules de thé.

4) J’aime manger chez moi et non pas dans les restos.

Resto branché

Eh oui ! Dans un monde occidental où la majorité des gens n’aime rien d’autre que de manger hors de chez soi, je fais partie de ces irréductibles aliens dont le mantra est : « Si tu veux me voir manger, viens chez moi. »

Manger est un acte tellement intime pour moi, que je n’aime rien de mieux que d’être dans un environnement apaisant, familier, convivial et surtout peu peuplé. C’est peut-être lié aux problèmes d’hyperphagie dont j’ai souffert dans le passé…J’en sais rien.

L’autre raison pour laquelle j’apprécie tant de manger chez moi, c’est que j’aime bien en avoir pour mon argent.

Pourquoi payer, 2 euros, un verre de jus de fruits ou 6 euros, un bol de granola quand, pour le même prix, je peux acheter la brique entière ou le paquet et en reprendre à volonté ?

Car oui, en plus de chérir les portions à l’américaine décentes, j’adore avoir la possibilité de pouvoir me resservir gratuitement d’un plat qui m’a plu !

C’est sans doute pour cela que les seuls restos que je tolère sont ceux avec buffet (voilà pourquoi Flunch est mon meilleur ami ! Bon, d’accord, je traîne aussi souvent chez Exkhi…mais c’est surtout parce qu’ils acceptent jusqu’à 5 tickets restos d’affilée).

Tout ça pour dire que tester les restos étoilés/chics/branchés, voilà une chose qui me m’arrivera pas beaucoup dans ma vie. Et ce n’est donc pas demain la veille que « Madame Sans Tabous » virera au blog lifestyle !

                         Ce texte vous a été concocté avec passion par Liberty Riveter.

2 Commentaires

  1. Ah ah !
    Tu as bien raison.
    Moi c’est l’exact inverse.
    J’étais un vieux rat de bibliothèque qui aimait les loisirs creeztifs et le thé, étudiante perçue comme un ovni, je me suis retrouvée adulte qui aime les trucs « trendy », ou plutot dont les goûts le sont devenus. Ca me fait tout bizarre et pas plaisir ! Moi j’étais abonnée à Marie Claire idées il y a 10 ans et là, je ne vais pas renouveler car j’ai l’impression d’avoir un magazine de mode lifestyle dans les mains… mais je n’abandonne pas Télérama !

    • Ah ben, tu étais une des précurseuses de la tendance DIY, alors !

      Je ne connais « Marie-Claire idées » que de nom, n’ayant jamais été très adroite de mes 10 doigts, ha ha !
      De toute façon, la presse féminine française, j’ai abandonné…Je lis surtout la presse féminine américaine et britannique ( les sujets sont plus fouillés, plus actuels, plus ancrés dans la réalité et surtout plus respectueux des femmes ! )

      PS : c’est interdit de se désabonner de Télérama :-p

Exprimez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*