Drague, rencards et ratages : quand Miss Célibataire foire son entretien d’embauche sentimental

Ce n’est pas un scoop : quand 2 célibataires de sexe opposé discutent et qu’il y a de la drague dans l’air, la conversation ressemble farouchement à un entretien d’embauche !

Sauf que, contrairement à un entretien d’embauche classique où il y a, d’un côté, un recruteur et de l’autre, un candidat…dans le cas de 2 célibataires qui se jaugent, se découvrent, chacun des 2 est à la fois recruteur ET candidat.

L’objectif : décrocher un CDI amoureux.

Et de la même façon que dans un classique entretien d’embauche professionnel, il y a des questions incontournables posées par le recruteur, des réponses-standard à glisser absolument pour se faire bien voir, des réponses à vraiment éviter pour pas se faire recaler, des sujets à ne surtout pas aborder, des attitudes positives et des comportements rédhibitoires…eh bien, dans un entretien d’embauche de style sentimental, l’on retrouve aussi : des questions-tests qui reviennent sans arrêt, des phrases gagnantes à distiller pour montrer sa motivation amoureuse, des postures dynamiques à adopter et…des réponses malheureuses qui peuvent vous coûter le poste sentimental !

Exemple de questions incontournables :

* « Ta dernière relation, elle a duré combien de temps ? »

* « Alors, elle remonte à quand ta dernière histoire ? »

* « Qu’est-ce que tu recherches chez un homme ? »

* « Pourquoi ta dernière relation a-t-elle échoué ? »

Types de propos dynamiques que le célibataire-recruteur attend d’une célibataire motivée :

 

* Une oraison faisant délicatement l’éloge de votre expérience ET de votre goût des relations amoureuses longue durée (le célibataire-recruteur fera alors rapidement l’équation : relation longue durée = gage de sérieux).

* Une déclaration subtile expliquant, de façon vraiment concise, que votre dernière relation s’est arrêtée à cause de différences irréconciliables et non pas parce que vous êtes une tarée.

* Un p’tit discours d’où il ressort que, franchement, mais alors très franchement, vous êtes très facile à vivre comme fille. Et que d’ailleurs, vous n’êtes pas difficile quant au physique et caractère des hommes, hein ! En effet, de la même manière que l’adage populaire assure que « tout est bon dans le cochon », pour vous : «  Tout est magnifique chez le mâle qui daigne s’intéresser à vous. »

* Une allocution vibrante, indiquant que vous êtes bel et bien mûre pour une relation durable, pas du tout traumatisée à vie des mecs et surtout pas ankylosée de la foufoune.

 

Exemple de propos qui, selon le célibataire-recruteur, manquent horriblement de motivation et, qui, par conséquent, ne donnent pas envie de vous embaucher sentimentalement :

1) «  Ces derniers temps, je n’ai connu que des relations courtes. ».

Quand vous prononcez ces mots, qui reflètent pourtant honnêtement votre vie amoureuse, vous vous dîtes que vous faîtes preuve de sincérité. Après tout, vous n’allez quand même pas vous embarquer dans une relation longue lorsque vous voyez bien que ça ne colle pas du tout du tout entre un mec et vous !

Et puis, l’amour, c’est aussi beaucoup du hasard et de la chance ! Est-ce réellement de votre faute si vous ne rencontrez que des mecs avec qui ça ne débouche pas sur du long terme ? Bien sûr que non !

Sauf que voilà : môssieur le célibataire recruteur ne l’entend pas de cette oreille !

Dans son esprit étriqué « n’avoir connu que des relations courtes ces dernières années » rime facilement avec «Fille instable, ni sérieuse ni fiable, uniquement attirée par les amourettes et autres idylles éphémères.»

2) « J’ai une liste de critères, je suis assez sélective avec les hommes »

Savoir ce qu’on veut, ce qui nous plaît, ce qui nous déplaît, ce qu’on peut supporter, ce qui nous est complètement rédhibitoire : c’est faire preuve de maturité, de logique, de connaissance de soi et, par-dessus tout, de clarté avec soi-même.

Ce style de phrases montre qu’on a fait de l’introspection, qu’on s’est auto-analysée. Et, mine de rien, c’est une sacrée preuve de courage que d’effectuer une plongée dans son moi intérieur, d’explorer chaque recoin de soi, de ne pas avoir peur de ce qu’on peut y voir ou découvrir…et d’en ressortir, armée d’une meilleure connaissance de soi, laquelle permettra ensuite de (mieux) s’affirmer en tant que FEMME.

Bref, c’est une belle chose que de savoir ce qu’on veut – surtout chez un partenaire !

Mais, pour le célibataire-recruteur, une femme qui revendique le droit de savoir ce qu’elle veut, une femme qui déclare: «J’ai une liste de critères, je suis assez sélective, je sais ce que je veux.», c’est, pour lui, un signe d’alerte rouge.

Tout de suite, dans sa p’tite tête d’homme-pas-si-viril-que-ça-finalement, défilent des images où les femmes ne lui obéissent pas au doigt et à l’œil ; des images où les femmes osent contester ce qu’il dit; des images où les femmes ne se font pas toutes petites pour le laisser briller dans toute sa pseudo-splendeur masculine ; des images où les femmes n’ont pas peur de s’affirmer. Le voilà, agité par des images effrayantes : lui, dominé ! Lui, humilié ! Lui, pas maître ! Elle, pas esclave !

Stooooooooooooooooooooooooooooooooop !!!!!!

3) « Je suis plus souvent célibataire qu’en couple. »

En d’autres termes, vous préférez être seule que mal accompagnée. Vous êtes suffisamment en bons termes avec votre moi intérieur pour ne pas vous sentir incomplète, sous prétexte que vous n’avez pas de « moitié ». C’est la raison pour laquelle vous n’enchaînez pas les aventures et les flirts, à la poursuite désespérée d’un statut de duo amoureux.

Dotée d’un tempérament lucide et proactif, vous n’avez pas peur de rompre quand vous remarquez une absence de compatibilité avec l’autre, un manque de réciprocité ou une absence de sentiments profonds.

Vous n’entretenez pas non plus une relation fusionnelle (voire malsaine) avec le célibat.

En réalité, vous attendez juste l’homme ET la relation épanouissante qui feront battre votre cœur. C’est aussi simple que ça.

…Mais visiblement pas aussi simple pour le célibataire-recruteur qui, en entendant une phrase aussi anodine que «Je suis plus souvent célibataire qu’en couple », sent la panique picoter son épine dorsale.

Son regard, posé sur vous, devient de plus en plus dubitatif…

Vous êtes devenue une anomalie à ses yeux.

« Il doit y avoir un truc qui cloche chez cette fille, quand même ».

«  Elle préfère être seule, c’est clair. Elle n’est jamais effrayée par le célibat, parce qu’au fond, elle ne peut pas supporter la vie avec les autres. Elle n’aime faire ni compromis ni concessions. »

Peut même traîner sur vous un scandaleux soupçon de misandrie…

« Elle a un problème avec les mecs, c’est sûr. C’est la seule raison qui puisse expliquer pourquoi une femme reste si longtemps célibataire.»

« Elle n’aime pas les hommes.»

Même que certains peuvent en venir à douter de votre hétérosexualité…

« Peut-être que t’es lesbienne, mais que tu n’en as pas encore pris conscience ? »

« Je crois que tu es lesbienne et que tu te forces à jouer les filles qui aiment les mecs. Tu sais, ce n’est pas une honte que d’être gay.»

Bien sûr, il y’ aura aussi les suspicions classiques : vous êtes célibataire à temps complet, parce que vous êtes une horrible petite bonne femme avec un horrible caractère ! Na !

« Quand même… Pour qu’elle traverse de longues phases de célibat comme ça, c’est qu’il y a, forcément, anguille sous roche. Elle a sûrement un caractère épouvantable qui fait fuir tous les mecs. »

« Ça doit être le genre de femmes à se lasser rapidement. Pas la peine d’entamer quoi que ce soit avec elle, car quelques semaines plus tard, elle te jette comme une vieille serviette hygiénique toute sale.»

Et puis, parfois, certains mecs font des amalgames grotesques : « Tu es plus souvent célibataire qu’en couple, parce que tu ne veux pas te marier et avoir des enfants, c’est ça ? »

4) « Mon ex était un vrai salaud. », « Ma dernière relation a été désastreuse. Je suis tombée sur un mec qui n’était vraiment pas quelqu’un de bien. »

En voilà une confession qui peut vous coûter cher !

En vous confiant ainsi au célibataire-recruteur, vous pensez lui montrer que vous lui faîtes confiance. Vous pensez aussi qu’aborder le sujet d’un passé sentimental douloureux ne peut que créer – ou tout au moins, favoriser – un climat de convivialité, propice aux confidences, à la découverte mutuelle, à la conversation intimiste.

Seulement…de la même manière que, dans un entretien d’embauche professionnel, juger ou critiquer sa précédente entreprise ou son précédent boss vous apporte un carton rouge, eh bien, en vous entendant dénigrer votre ex, le célibataire-recruteur ne vous accordera pas le bénéfice du doute : il se posera des questions sur vous, sur votre intégrité morale et non pas sur l’ex, qui était peut-être réellement une vraie ordure de la pire espèce.

Bon Dieu ! Les rencards sont devenus trop compliqués !

 

Ce texte a été inspiré par mes 6 années de célibat et d’abstinence sexuelle, de 2009 à 2015 .

 

Soyez le premier à commenter

Exprimez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*