Amour : les 3 erreurs fatales que commettent beaucoup de célibataires

« Célibataire épanouie », « Célibataire malheureuse » : 2 catégories différentes de célibataires, 1 même envie de vivre une histoire d’Amour durable.

Problème : pour rencontrer l’Amour en question, il y’a 2 ingrédients incontournables :

1- La chance.

Et :

2- La bonne attitude.

 

Alors, bon…En ce qui concerne la chance…on n’a pas vraiment de contrôle dessus, hein !

Bien sûr, on peut essayer de forcer la chance dans le but de se créer des opportunités sentimentales(inscriptions sur les sites de rencontres, multiplier les dîner avec les amis des amis et les cousins des cousines) . Mais, avouons-le : toute rencontre ne débouche pas sur l’amour tout court et encore moins sur l’Amour durable.

Tout ça pour dire qu’en matière d’amour, il n’est jamais garanti que la chance sourit et que les opportunités créées soient viables. C’est la Vie qui décide.77769957_o

En revanche, « la bonne attitude », ça, ça dépend de soi-même. 76656653_o

 

« La bonne attitude », kezaco ?

La bonne attitude, ça consiste à avoir l’esprit de discernement. Parce que sans cet esprit de discernement, justement, l’Amour – le vrai, le beau – peut nous trouver…et nous glisser bêtement entre les doigts, parce que nous lui avions claqué la porte au nez, lorsqu’Il avait sonné à notre porte.76656653_o

En un mot comme en cent, avoir la bonne attitude revient, donc, à éviter d’être sa propre poseuse de peaux de bananes !shakehead

 

Erreur fatale n°1 : réclamer son clone.

Quand on y pense, depuis l’enfance, on nous a inculqué la notion d’« avoir des points communs avec notre Chéri ».

Du coup, ben…, on grandit en se disant que la personne avec qui on fera notre vie devra être à notre exacte image, nous ressembler fortement. Presque être notre copier-coller, quoi !

On aime faire des blagues ? Eh bien, on se met à rêver que le Chéri soit quelqu’un qui comprenne notre humour 5 sur 5 et s’esclaffe systématiquement à tous nos bons mots.

On adooooore les séries comme « Scandal », « Orange is the New Black » ou « Empire » ? Vlan ! On se prend à souhaiter que le gars qui sera notre prochain petit ami adooooooore, lui aussi, les même séries. Ben oui, parce qu’alors, on pourra ensemble se faire des sessions marathons de DVD, tous les deux, emmitouflés dans un gros plaid, blottis l’un contre l’autre !

On est plutôt du genre sportive ? Oh là là, ce serait trop génialissime si notre futur mec était lui aussi un adepte du même sport que nous !

On peut multiplier comme ça les exemples à l’infini.
76022683

Au fond, pour bien s’entendre ou même être heureux ensemble, est-il vraiment nécessaire d’avoir les mêmes goûts musicaux ou cinématographiques que son chéri ?

N’a-t-on vraiment rien en commun avec le mec, en face de nous, tout simplement parce qu’il a osé déclarer : « Je ne regarde jamais la télé. C’est abrutissant. », alors qu’on est une aficionada des plateaux-télés ?

Par contre, si l’une est une alter mondialiste convaincue, adepte du bio, sensible à la thématique du commerce équitable, et que l’autre est un consommateur invétéré des grosses marques bien industrielles, un fier suiveur des tendances, un adorateur des logos et un anti-écologiste patenté…ok là, clairement, ce sont deux visions du monde qui s’affrontent et qui, à plus ou moins long-terme, risquent d’exploser. Et pas qu’un peu !

Idem si, par exemple, on est pro-avortement et pro-mariage et adoption pour tous, tandis que l’autre, est non seulement anti-avortement, mais considère également que l’homosexualité est un péché qui mène tout droit à l’Enfer…là, c’est sûr : « Allô, Houston, on a un problème ! », puisque, pour le coup, voilà 2 personnes partageant des convictions aux antipodes l’une de l’autre.

Pour faire court, partager les mêmes centres d’intérêts/les mêmes goûts/les mêmes habitudes que l’autre, c’est top ! Mais, sont-ce vraiment des facteurs décisifs dans le choix d’un partenaire ?

Le plus important, n’est-il pas d’avoir des valeurs communes, d’avoir un mode de vie compatible, d’avoir des convictions politiques/religieuses/philosophiques qui se ressemblent – ou du moins, se rejoignent ?
Madame Sans Tabous_Célibataire sites de rencontre

Erreur fatale n°2 :Donner une trop grande importance à la fameuse « petite étincelle » lors du 1er rendez-vous.

Quand on est célibataire, on a très souvent tendance à faire une fixette sur le fait de ressentir ou non la fameuse « p’tite étincelle« .

Dès le 1 er rencard, on VEUT la rencontre magique : « Les yeux qui brillent la tête qui virevolte, la cervelle qui implose, une attirance mutuelle intense, des émotions comme un tourbillon « .

Dès le 1er rencard, on attend l’alchimie immédiate.

Or, gros hic : il y’a des fois où l’amour s’installe avec lenteur et toute en douceur, sans bruit tonitruant ni choc cardiaque.

Des fois, la p’tite étincelle ne se déclenche pas au rendez-vous n°1, pour mieux faire une entrée remarquée au rendez-vous n°2 ou 3.

Des fois, le cœur reste tout froid à la conversation n°1 pour commencer à se réchauffer délicieusement vers la conversation n°4 ou 5. 75585523_p

 

Conclusion : comme la sauce tomate qui n’est jamais aussi bonne que lorsqu’on lui a laissé le temps de mijoter tout doucement, ne nous précipitons pas quand il est question d’amour et d’étincelles : laissons-nous du temps. (Un temps dans un délai raisonnable, nous sommes bien d’accord ; le but n’est pas non plus de s’enfiler des rdv en série pendant des mois, alors qu’on voit bien qu’on n’est pas du tout attirée par le mec !)

77770206_o

Erreur fatale n°3 : Croire que l’Amour, ça doit toujours faire mal.

L’une des idées fausses les plus répandues, en matière de sentiments, c’est de croire que l’amour – le vrai, le fort – doit rimer avec souffrance.

La faute à l’endoctrinement à coup d’œuvres littéraires de légendes, de chansons-cultes, de séries télé célèbres et autres poèmes lyriques qui glorifient les amours tumultueuses.

Et voilà pourquoi il arrive, plutôt fréquemment, que des femmes s’embarquent en toute connaissance de cause – en plus ! – dans une course à l’amour masochiste auprès d’un type, avec qui la relation ressemblera plus à un bras de fer qu’à une relation amoureuse digne de ce nom.78094398_o

 

Il arrive qu’une femme rejette un mec précis.

Un mec gentil.

Un mec bien.

Elle ne veut pas sortir avec lui.

Elle dit que c’est parce qu’elle sait que celui-là, elle le dominera trop facilement. Parce que c’est un mec gentil.

Ben, voyons !

Soyons sérieuses, 2 p’tites secondes !

Le but de chaque être humain, normalement constitué, est de se faire du bien ET de se sentir bien.

Vrai ou faux ?

Pourquoi on se tue à aller au travail ? Réponse : parce qu’on veut avoir suffisamment d’argent pour se payer à manger, payer ses facture, ne pas finir à la rue, avoir un maximum d’indépendance.

76656653_o

Pourquoi on fait des études et qu’on travaille dur pour réussir ses examens ? Réponse : pour se donner les moyens d’avoir une situation professionnelle satisfaisante.
76656653_o

Pourquoi quand on a un pépin de santé, on va à l’hôpital ou à la pharmacie ? Réponse encore : parce qu’on veut aller mieux, se sentir bien, car on est consciente que la santé est une richesse et que la vie est plus facile quand on n’est pas malade.

Bref, généralement, dans notre vie, nos actes sont guidés par la volonté de favoriser notre bien-être.

Alors, pourquoi, diable, sortir avec quelqu’un avec qui on sent intimement que ça se terminera dans les pleurs et dans les cris ?

Madame Sans Tabous_Célibataire Amour Labyrinthe Jungle

 

Souvent, la demoiselle va user d’un vocabulaire professionnel pour justifier son attachement envers le futur bourreau de son cœur : « J’aime les challenges, j’aime les défis, j’aime pas quand c’est facile. »

On croirait entendre quelqu’un expliquer sa motivation à une candidature pour un poste très convoité… !

Non mais !

L’Amour, justement, ça doit être facile !

 

Entre deux personnes où l’alchimie existe, les choses sont simples ! On est si bien avec cette personne, qu’il y’a même une sensation d’évidence ! Ben oui, tout est si naturel, si fluide, si sain quand on est avec l’homme qui nous épanouit !

A partir du moment où, dans une relation, on parle de « challenges » et de « défis », à partir du moment où on dit qu’on recherche la difficulté, eh bien, on est tout simplement en train de confesser une chose très triste : c’est qu’on court après ce mec-là pour des micro-miettes d’amour… Et pire encore : qu’on aime ça… spank

Disons-le tout de suite : y’a rien de courageux ni de valorisant, là-dedans.

Les expressions « challenges », « défis », «  ne pas aimer quand c’est facile » ne sont ni plus ni moins que des cache-misère ; des termes employés, par la demoiselle, pour faire illusion.

 

La demoiselle essaie désespérément de se convaincre qu’elle n’est pas en train de commettre des sottises.

Elle tente de donner un sens positif à son comportement, parce qu’au fond d’elle, elle sait qu’elle est en train de faire n’importe quoi. Mais, pour préserver le peu d’estime de soi qu’elle a encore d’elle-même, elle veut enjoliver les choses, justifier quelque chose qui n’a pas le moindre sens.

Les gens, qui consomment beaucoup d’alcool, essaient souvent de se convaincre qu’ils sont de joyeux drilles sachant profiter de la vie. Du coup, ils accusent ceux qui ne boivent pas, de ne pas savoir s’amuser, d’être coincés.

Les accros aux stupéfiants jurent que les drogues libèrent leurs énergies créatrices.

Bref, c’est dans la nature humaine : quand on est sur une mauvaise pente, on essaie toujours de trouver des justifications pour embellir la laideur… on tente de travestir ses fautes en jolies choses. Parce que c’est plus facile de se mentir que de reconnaître qu’on a un problème – un très gros problème.

C’est humiliant de s’avouer à soi-même qu’on se fait du mal volontairement. On se sent bête. Et personne n’aime se sentir bête. Personne n’aime avoir honte de soi.smileysighplz (1)

 

La vérité, c’est que, quand on ne s’aime pas, on dépense beaucoup d’énergie à se faire souffrir.

Conséquence : on foncera toujours en direction de ceux qui nous traiteront mal, parce qu’on on n’arrive même pas à concevoir qu’un homme bien puisse sincèrement s’intéresser à nous et -incroyable ! – oser nous aimer, vu que nous-mêmes, on ne s’aime déjà pas.

On n’acceptera donc pas la compagnie, ni l’amour d’un homme gentil et fiable, parce que comme on ne sait que se jeter dans les emmerdes, la seule réaction possible face à quelqu’un qui nous veut du bien… ben… c’est la fuite, fruit de la panique.

On ne sait pas être heureuse. On ne sait que souffrir, que sortir avec des mecs nocifs pour soi et se créer des problèmes.

Et évidemment, avec les mecs nocifs, ça ne durera jamais. Ça ne peut pas durer…(encore heureux, d’ailleurs !)
78682408_o

Résultat : de fréquents retours à la case départ : le célibat.

Et pourtant, on se demandera très sérieusement : « Pourquoi je ne rencontre personne ? Pourquoi je suis toujours célibataire ? »

 

Il y’a cette maxime, tellement sublime de vérité, qui dit : « Tu ne rencontreras jamais la personne qui pourra te rendre heureuse, si tu ne laisses pas, d’abord, tomber ceux qui sont mauvais pour toi. »

Tout commence par le fait de s’aimer soi-même. De se respecter. De connaître sa valeur.

Quand on est bien dans sa peau, on se fait du bien, on fuit les galères. On fuit les gens qui n’apportent que des emmerdes, pour la très bonne raison qu’on ne veut pas de problèmes.

Quand on est bien dans sa peau, on se respecte suffisamment pour vouloir ce qu’il y’a de meilleur pour soi.

Quand on s’accroche à un mec avec qui on sait qu’on souffrira, c’est parce qu’on n’a pas confiance en soi.

Le mec, en fait, on le veut uniquement pour nous valoriser à nos propres yeux : « Si j’arrive à faire que ce mec m’aime, ça veut dire que je ne suis pas si nulle que ça. J’aurai réussi à faire qu’un homme, qui n’aimait personne avant moi, finisse par m’aimer, moi.»

C’est valorisant pour un égo en souffrance, n’est-ce pas ?

En fait, on mesure notre propre valeur à l’intérêt que le mec nous porte…alors qu’on ne devrait jamais, jamais, jamais, jamais, avoir besoin de qui que ce soit pour avoir conscience de notre propre valeur.
Madame Sans Tabous_Célibataire la petite étincelle attirance alchimie

Pour une nana en détresse, plus le mec est inaccessible, plus elle se dit que s’il finit par lui céder, s’il finit par succomber à charme, ça voudra, alors, dire qu’elle est une fille belle/intéressante/qui mérite d’être aimée.

Plus le mec est perçu comme un défi, plus cela signifie que l’estime de soi de la nana est complètement en lambeaux.

Il faut que le mec inaccessible soit à ses pieds, pour que la nana parvienne à se considérer comme une femme formidable.75464399

Quand on est engluée dans une logique masochiste, on croit que ce qu’on ressent pour le mec, c’est de l’amour. On croit qu’on l’aime à la folie, qu’on tient à lui. Alors qu’au fond, c’est une question d’égo, de fierté.

On joue son amour-propre sur ce mec.

On a besoin, à tout prix, qu’un type – qui ne nous aime pas et n’est pas fait pour nous –  nous aime pour qu’on puisse arriver à nous aimer, nous-mêmes.

C’est la catastrophe.

 

Mais, tout cela, on ne le comprendra que lorsqu’on commencera à s’apprécier, soi-même, à sa juste valeur. Quand on commencera à aimer sincèrement la personne qu’on est, dans toute sa globalité, avec ses fragilités et ses imperfections. Quand on s’aimera assez pour ne plus avoir envie – ou besoin – de se foutre en l’air.
woot

Oui, les filles ! A ce moment-là… – et à ce moment-là seulement -, on captera enfin pourquoi on s’accrochait aux mecs qui nous rendaient malheureuses. En se remémorant son propre comportement d’avant, on se tapera même la tête dans les mains, incrédule et consternée. On réfléchira au pourquoi du comment on en était arrivée là.

De cette introspection, on en ressortira grandie… et on deviendra, alors, une femme mille fois plus mature, mille fois plus sereine, mille fois plus clairvoyante.

77294596_o

Mais, surtout, on se donnera alors toutes les chances de trouver l’Amour auprès d’un homme merveilleux…

 

Ce texte vous a été concocté avec passion par Liberty Riveter.

 

Exprimez-vous !

Soyez le premier à commenter

Exprimez-vous !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*